LES CERCLES DES FEMMES

Association à but non lucratif
Accompagnant les femmes victimes de violences

Violences conjugales : le cycle de la violence


Au sein de la relation de couple, il est important de distinguer le passage à l'acte violent dit "contextuel" et l'installation d'un cycle répété de violences. 

 

Ici, nous parlerons donc du cycle de la violence dans la relation de couple : c'est à dire des processus répétés regroupant des comportements et attitudes engageant de la violence.  Dans ce contexte-ci, il ne s'agit donc pas d'actes isolés mais de la mise en place d'un cadre dont l'objectif majeur est de maintenir le contrôle voire la domination de l'autre au sein de la relation.

Malheureusement, il a été observé que ce cycle, une fois installé, avait plutôt tendance à se reproduire de façon plus fréquente, plus rapide et les comportements violents à s'intensifier. De plus, à mesure où le cycle se répète, les moments de répits se font plus rares. 

 

Au sein de ce cycle, quatre phases se discernent les unes des autres : 

  1. Le climat de tension
  2. L'explosion
  3. Le déni et la justification
  4. Les promesses

 

Chacune succède à l'autre à un rythme variable, voire aléatoire, oscillant entre quelques minutes et plusieurs mois. Cela peut engendrer chez la victime une perte de repères relationnelles importante ainsi qu'une certaine déstabilisation et confusion à propos d'elle-même, de ses propres capacités et de ses responsabilités au sein de la relation. Semant le trouble auprès d'elle, l'auteur des violences installe un terrain propice à la fragilisation de son état mental. La victime entre alors dans une posture d'hyper-vigilance et d'hyper-adaptabilité vis à vis à vis de l'auteur. A mesure des actes de violence subis, son seuil de tolérance évolue, devient plus élevé. Néanmoins, malgré les réajustements et modifications de ses comportements compte tenu des demandes de son conjoint, la violence tend à perdurer. 

 

Climat de tension

 

Du côté de l'agresseur

 

C'est à travers son comportement, ses paroles et ses attitudes que l'agresseur va installer un climat de tension pour la victime. Dans le discours de l'agresseur, la victime est alors identifiée comme responsable, fautive et incompétente. Cette atmosphère menaçante est maintenue afin de mettre en place les structures d'une prochaine agression. 

 

Exemple de comportements / attitudes :

  • irritabilité
  • silence imposé
  • regards noirs / menaçants / intimidants
  • ton pressé / sec
  • gestes brusques 

 

Du côté de la victime

 

La victime peut être en proie à un sentiment d'insécurité. La posture de l'agresseur l'amène à douter de sa personne. Se développe alors une perception d'elle-même empreinte d'auto-dévalorisation : elle craint de déplaire et de faire des erreurs, elle doute de ses capacités. De plus, ce climat de tension vient générer de l'anxiété chez la victime. Elle tente alors d'améliorer l'atmosphère suscité par l'agresseur en répondant à ses besoins, elle se montre prudente et craint les réactions de celui-ci. 

 

Exemple de comportements / attitudes :

  • s'isole / Refuse d'inviter des ami.es ou de sortir
  • se fait discrète au domicile : Evite de faire du bruit / Evite les sujets de discussion pouvant être conflictuels
  • tente d'anticiper les besoins / demandes de l'agresseur

 

NB : La victime n'est jamais responsable des agressions qu'elle subit. Si malgré ses efforts, le partenaire se montre violent, cela n'engage en rien la responsabilité de cette dernière. En effet, adoptant des comportements de mise en tension et de violences, l'agresseur trouvera toujours une façon de venir justifier le passage à l'acte.

 

Explosion

 

Du côté l'agresseur

 

Considérant que la victime n'a pas répondu à ses attentes de façon satisfaisante, il engage un passage à l'acte violent. Il vient encore une fois assoir sa position de pouvoir, cette fois physiquement, en humiliant, insultant, blessant l'autre. 

 

Différents types de violences : 

  • Violences physiques
  • Violences verbales
  • Violences psychologiques
  • Violences sexuelles
  • Violences économiques
  • Violences administratives

 

Du côté de la victime

 

La victime subissant la violence de l'agresseur se retrouve dans une situation de souffrance voire de détresse psychologique et parfois physique également. Elle peut se sentir humiliée, dévalorisée, en grande insécurité ou dans un profond désespoir. Elle peut alors adopter différentes postures oscillant généralement entre sidération, défense et évitement :

 

Exemple de postures :

  • Sidération face à la violence subie : ne sait pas comment réagir / reste paralysée (sidération) / a l'impression d'être spectatrice de la scène (dissociation)
  • Confrontation à l'agresseur : réplique verbalement / physiquement pour se défendre et se protéger. 
  • Evitement de l'agresseur : change de pièce / évite le domicile

 

Déni et justification

 

Du côté de l'agresseur

 

L'agresseur montre une attitude de dénégation du passage à l'acte violent. Il minimise son comportement et se déresponsabilise. Comme évoqué précédemment, il peut même en venir à directement accuser la victime : "c'est à cause de toi si j'ai agi de la sorte". Tout se passe comme si elle ne pouvait s'en prendre qu'à elle-même, fautive d'avoir mis son partenaire dans cet état en se montrant défaillante aux yeux du bourreau.

 

Exemple de comportements / attitudes :

  • Minimise les actes de violences dont il a fait preuve
  • Justifie cette violence de façon diverse (fatigue, stress, passé difficile, etc.)
  • Responsabilise la victime

 

Du côté de la victime

 

De part la posture manipulatrice de l'agresseur, elle se sent donc responsable de cette violence subie. Elle peut alors penser que si elle change, la violence cessera. Plus le cycle se répète, plus la victime se perçoit comme incompétente et seule responsable de la violence de l’agresseur. Au fur et à mesure, l'auto-dévalorisation et le doute de soi s'ancrent de plus en plus profondément. Elle en vient alors à chercher des justifications pour tenter d'expliquer et d'excuser les comportements de l'agresseur. 

 

Exemple de comportements / attitudes :

  • fait passer ses émotions et ressentis au second plan
  • se remet (trop) en question / doute de ses perceptions
  • intègre les arguments de l'agresseur comme une vérité
  • déresponsabilise l'agresseur / se responsabilise
  • développe une posture d'empathie voire de compassion à l'égard de l'agresseur

 

NB : Les justifications apportées par l'agresseur concernant le passage à l'acte violent peuvent s'avérer réelles.  Elles ne légitimisent en rien l'agression. La violence conjugale est un comportement choisi et ce, quels que soient les arguments de celle-ci.  Seul l'agresseur doit être tenu responsable.  

 

Promesses et fausses excuses

 

Du côté de l'agresseur

 

L'agresseur met en place une opération de séduction de la victime afin de la mettre à nouveau en confiance. Cette phase est également nommée "lune de miel" : le partenaire semble en effet affectueux, attentionnée et exprime des remords, promettant de ne pas réitérer. Il y a une diminution notable des comportements de violence durant cette phase. Cette forme de manipulation peut prendre aussi la forme d'un chantage affectif : cela peut aller jusqu'à la menace de se suicider si la victime exprime des doutes sur le futur de leur relation.

 

Du côté de la victime

 

La victime, elle, voit l'espoir renaître à propos du devenir de la relation conjugale et d'un futur plus serein. Elle croit que l’agresseur va changer et que cet épisode violent est le dernier. Cet espérance est motivée par les changements de comportements de l'agresseur. Elle peut avoir le sentiment qu'il a compris son erreur et que des efforts suivront. Elle se montre soutenante et aidante pour optimiser les chances que leur relation soit apaisée. Cela donne l'illusion à la victime qu'elle peut progressivement relâcher la tension car la vie a repris son cours. 

 


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

Violences conjugales : le cycle de la violence

06 Mai 2022

Au sein de la relation de couple, il est important de distinguer le passage à l'acte violent dit "contextuel" et l'installation d'un cycle répété de violences. 
 
Ici, nous parlerons donc du cycle ...

La sororité

22 Avr 2022

 
Nos ateliers basent leur cadre d’accueil sur le concept de sororité. Pour pouvoir vous expliquer plus en détails ce que signifie ce terme, il va falloir faire un petit peu d’histoire …
 
...

Le stress post-traumatique

18 Avr 2022

Une violence peut provoquer des blessures physiques certes, mais également psychiques : il peut s'agir d'un choc émotionnel immédiat et &e...

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.